8 avril 2008

L’index des anglicismes

Que les Français se battent contre l’anglosaxonnification rampante de leur langue, ce n’est pas nouveau. Les essais, parfois fructueux (« baladeur »), parfois des bides complets (« gomme à mâcher »), de remplacer des mots anglais par des équivalents français sont bien connus. Par contre, que les allemands développent une conscience pour la nécessité de défendre leur belle langue contre les assauts des anglicismes, c’est plus récent.

Il existe pourtant une association pour la langue allemande (Verein Deutsche Sprache). Celle-ci vient de publier un Index des Anglicismes (en livre et sur internet) qui répertorie les anglicisme et les classifie en trois catégories. La première, ce sont les anglicismes qui apportent un complément utile à la langue allemande, puisque des mots équivalents n’éxistent pas, comme par exemple baby, clown. Deuxième catégorie, également acceptée, sont les mot qui permettent une différentiation qui ne serait pas possible avec des mot allemands. Exemple : team (« Mannschaft » en allemand, se limite plutôt au sport ou au militaire). La troisième catégorie, qui comprend 80% des 6800 mots répertoriés, comprend les anglicismes qui supplantent leurs équivalents du vocabulaire allemand et qui seraient doc inutile, comme par exemple shop, check-out, et tant d’autres.

Bien que, comme souvent dans ce genre de cas, l’association à tendance à être un peu radicale, je trouve son concept assez bon. Car on ne peut pas remplacer artificiellement un anglicisme une fois qu’il est entré dans le vocabulaire de tous les jours. Par contre, s’il existe des mots adéquat, pourquoi les remplacer à défaut que cela soit plus « dans l’ai du temps » d’utiliser le terme anglais. En particulier, il faut ajouter à cela une manie des allemands de germaniser les verbes anglais. Il arrive bien vite que les verbes de la langue de Shakespeare soient conjugués en suivant les règles de la grammaire allemande. Cela me dresse les cheveux sur la tête. Ainsi, « download » (ici, les français on bien gardé le terme « télécharger ») devient « downloaden » à l’indicatif présent, et, encore pire, « downgeloadet » au participe passé. N’est-ce pas affreux. Surtout en considérant que avec « herunterladen », l’allemand a un terme tout à fait adéquat. L’allemand et l’anglais sont tout deux de si beaux langages, pourquoi les gâcher ainsi ?

1 commentaire:

sigrist marc a dit…

Bon article
Voici un autre sur le même sujet surun site de cours d'allemand en ligne:

http://allemandcours.fr/le-denglisch-amusant-ou-irritant